De 0 à 3 ans

Une seule règle : PAS D’ECRAN

L’utilisation d’écrans a montré des effets négatifs sur le développement des tout-petits (y compris les programmes qui se disent adaptés), allant jusqu’à l’addiction ou l’apparition de troubles semblables à l’autisme.

On trouve également des retards d’apprentissage de la langue, de la motricité fine, des prises de poids, et surtout la mise en place d’habitudes de comportements passifs, aux effets pervers à court, moyen et long termes.

De 0 à 3 ans, l’enfant apprend déjà les règles posées par les parents ; par exemple, ne pas toucher les téléphones, tablettes et autres écrans, qui ne sont pas des jouets et sont à manipuler dans un cadre fixé par l’adulte.

 

L’apprentissage de cette règle est important, et déterminant pour la suite, afin de lui apprendre à respecter les limites décidées par l’adulte dans l’utilisation des écrans. Par exemple, un téléphone ne doit pas être donné à l’enfant pour qu’il s’en amuse, le consoler, etc.

 

Les écrans se révèlent dangereux quand ils sont mis en place au moment des repas.

L’attention de l’enfant est dirigée vers l’écran et non plus vers l’apprentissage de la mastication, de la déglutition, etc. Ils sont à bannir pendant les repas (exemple : vidéos sur un téléphone ou télévision allumée en continu).

 

Dans cette période de sa vie, l’enfant a besoin de découvrir son environnement par l’intermédiaire de ses 5 sens. Il explore, il expérimente. D’abord à quatre pattes, puis en se tenant debout. Il découvre les couleurs, les goûts, les odeurs, etc.

 

Cette période est particulièrement intense pour les parents, qui sont énormément sollicités et n’ont pas toujours la disponibilité physique ou mentale pour s’y consacrer à plein-temps.

 

L’usage d’écran ne présente pas d’intérêt dans la dynamique d’apprentissage de l’enfant de 0 à 3 ans. Mais les parents peuvent trouver plus « facile » d’intéresser leur enfant à un écran pour « l’occuper » ou le « distraire ».

 

L’écran devient alors ce que l’on a pu appeler « une nounou numérique ». Mais cette apparente facilité se révèle ensuite néfaste sur le développement de l’enfant ; mais aussi sur la possibilité de fixer des règles d’utilisation des écrans.

 

S’ils n’ont pas été différenciés des jouets, et n’ont pas pour l’enfant un statut particulier, il sera difficile par la suite de poser des règles d’utilisation acceptées et respectées par lui.

 

Thématique: 
Difficulté: